dimanche 31 mars 2013

Liste des critiques de Films/Séries

Films :
- Cloud Atlas [Ovni]
Coraline [Animation, fantastique]
- Oblivion [SF]
- Hijacking [Drame/Thriller]
- Millennium Actress [Animation]
- Le Promeneur d'oiseau [Contemporain]



Séries :
- Shingeki No Kyojin/L'Attaque des Titans [Animé]
- Letter Bee/Tagmi Bachi [Animé]

Cloud Atlas [Film]

Cloud Atlas



Réalisateurs : Andy Wachwsky, Lana Wachwsky et Tom Tykwer
Titre original : Cloud Atlas
Tiré du livreCartographie des nuages (Cloud Atlas) de David Mitchell
Sortie ciné : 13 Mars 2013
Sortie DVD : 13 Juillet 2013
Public : jeune adulte
Remarque : Si vous allez voir ce film, aussi long soit-il ne partez pas avant le début du générique ;]

Résumé :
"À travers une histoire qui se déroule sur cinq siècles dans plusieurs espaces temps, des êtres se croisent et se retrouvent d’une vie à l’autre, naissant et renaissant successivement… Tandis que leurs décisions ont des conséquences sur leur parcours, dans le passé, le présent et l’avenir lointain, un tueur devient un héros et un seul acte de générosité suffit à entraîner des répercussions pendant plusieurs siècles et à provoquer une révolution. Tout, absolument tout, est lié."

_____________________

"- Vous n'êtes qu'une minuscule goutte de pluie  au milieu d'un océan sans limites.
- Mais qu'est-ce qu'un océan, sinon une multitude de gouttes de pluie ?"
Deux minutes. C'est à peu près le temps au début du film où l'on est dérouté par l'ampleur de l'intrigue. Et puis sans prévenir l'histoire, les histoires nous embarquent avec force, n'arrêtant pas un seul instant, jonglant d'un siècle à l'autre. Dès les premières secondes, une sorte de sentiment de compte à rebours nous étreins. On guette l'avancée de chaque personnage parallèlement, les actes des uns influant sur les autres dans une gigantesque cascade qui n'en finis jamais vraiment.

Les - : L'aspect parfois un peu sf datée que peut prendre le tout
La simplicité de certaines histoires
Des récits inégaux et parfois un peu décalés

Les + : Les liens créés entre les histoires
Un assemblage dynamique qui ne laisse pas un instant d'ennui malgré la durée, ponctué de plans particulièrement marquants
L'humour de certaines situations, la tragédies d'autres. En bref, un maelström de sensations servant des réflexions pertinentes sur le monde

Le petit résumé qui essaye de ne pas trop spoiler :
Adam Ewing, Robert Frobisher, Luisa Rey, Timothy Cavendish, Sonmi 451, Zachry. 1849, 1931, 1973, 2012, 2144, XXIIIème siècle. Qu'ont en commun leurs histoires ? Rien. Tout. Car dans l'univers, à travers le temps, tout est lié d'une façon où d'une autre. Et c'est en allant à l'encontre du chemin qui semble nous être destiné, en étant nous, que nous forgeons le monde. Une goutte d'eau dans un océan de vies.

Bref je conseille ce film : aux personnes qui prendront plaisir à chercher, à guetter les liens entre les histoires, mais aussi ceux qui aiment l'action qui, malgré la longueur du film, s'arrête rarement.
Ceux qui auront un peu plus de mal : L'aspect quelque peu embrouillé et fouillis en rebutera sûrement plus d'un, ainsi que l'esthétique générale quelque fois un peu étrange.

En ce qui me concerne, je pense que sa singularité fait de Cloud Atlas un film à voir. Que l'on aime ou que l'on aime pas, il a un force étrange et inhabituelle qui me donne envie de le revoir, ne serait-ce que pour tenter une fois encore de relier les évènements en les connaissant, pour prendre conscience de l'ampleur du tout.
J'en reparlerais dans quelques mois après sa sortie en DVD et un second visionnage, à froid. De plus, le livre traînant depuis un moment déjà sur mes étagères, je le lirais sûrement un jour prochain.
J'en profite pour parler de la musique qui a été en ce qui me concerne une très agréable surprise :

Et pour ceux qui auraient déjà vu le film et loupé le générique, je conseille d'aller jeter un oeil ici ou .
Bon visionnage !

samedi 30 mars 2013

Paf, taguée

J'ai été taguée par Lycandra !
1- A tout seigneur tout honneur, commençons par le commencement : quel est votre dernier livre coup de cœur (ça peut servir) ?

J'ai beaucoup aimé L'Age de Diamant (que j'ai chroniqué ici), mais mon dernier vrai coup de coeur, c'est La cité des Livres qui Rêvent, de Walter Moers. Je n'ai lu que la moitié pour l'instant, mais l'univers étrange à souhait m'a vraiment beaucoup plu, même si sûrement que ce ne sera pas le cas de tout le monde. 
2 - Et le dernier qui vous est tombé des mains (idem) ?
Oulà, ça remonte à des années (je ne compte pas les multiples séries en cours, là c'est juste un manque de temps). C'était L'Histoire de Pi, le livre dont est tiré le film sorti en Décembre dernier. Etrangement, il m'a vraiment beaucoup marqué et je pourrais raconter dans les détails certains passages, mais à l'époque je n'avais pas réussi à passer la moitié tellement ça me paraissait tirer en longueur. Je l'ai toujours, alors peut-être que je le relirais un jour, avec quelques années de recul ce sera sûrement mieux.

3 - Quel est votre personnage de fiction incontournable inoubliable ?

 Question piège. Il y en a tellement qu'il serait difficile d'en tirer un seul du lot, sans compter qu'ils se démarquent chacuns pour des raisons différentes.
4 - Que vous évoquent les contes de Canterbury ?
Pas grand chose à vrai dire. Je sais juste que ce sont des écrits très anciens, et il me semble qu'ils traitent entre autre de chevaliers... A moins que je confonde, je n'ai jamais été douée pour retenir les noms.
5 - Salé ou sucré ?
Les deux mon capitaine ! Enfin un mélange des deux, de la viande sucrée, par exemple, ou aux fruits, au miel...
6 - Biscuits ou bonbons ?
Mmmh... Ça dépend. Je ne suis ni très biscuits ni très bonbons, mais mets moi des dragibus sous le nez par exemple, je ne résisterais sûrement pas x]
8 - Où étiez-vous le 13 mars 2013 vers 20h30 ?
Vu que c'était un mercredi, je dirais soit en train de manger soit ici même.
9 - Y a-t-il de la vie sur Mars ?
C'est une bonne question, il faudrait demander leur avis aux martiens.
10 - Connaissez-vous la réponse à la grande question sur la vie, l’univers et le reste ? Et la question ?
42 !
 
11 - Si vous étiez un super-héros ou une super-héroïne, comment serait votre costume ?
Selon une étude, les super-héros ont des collants et dans 75% des cas une cape, alors j'imagine que je n'échapperais pas à la règle (parce que si je le faisais je ne serais pas considérée comme une super-héroïne, et je ne pourrais donc pas répondre à cette question). Mais sinon, je porterais sûrement un chapeau/bonnet plein de classe. Du genre un canard ou une vache, un truc exceptionnel dont manquent sérieusement ces gens-là (comment ça ou pas ?)
12 - Sans réfléchir trop, quel livre offririez-vous à vos amis les yeux fermés ?
Les yeux fermés, aucun, je réfléchis toujours beaucoup pour ce genre de choses. Mais peut-être bien un livre avec de très belles illustrations qui pourraient plaire à la personne, parce que j'aime le caractère direct et magique que peut avoir le dessin.


13 - Quel genre de littérature n’achèterez-vous jamais ? Et pourquoi ?
 Il ne faut jamais dire jamais, d'autant plus que je suis très curieuse. Il y a par contre des genres que je préfère emprunter plutôt que d'acheter dans un premier temps.

Viens maintenant le dur moment de trouver qui taguer... Je choisis donc Clé  et Julien ^.^ 

Le tas de pages

Poèmes :
- Je ne connais pas cet homme - Louis Aragon
- If - Rudyard Kipling

Légendes et Mythologies :
- Mythologie sumérienne [1]
- Créatures Légendaires du monde [1]
Les oubliés de la Mythologie Grecque [1]
- Les oubliés de la Mythologie Grecque [2]
- Origine des mots et expressions liés à la Mythologie Grecque [1]

A la découverte du Monde :


Autre :
- Abécédaire de mon libraire

Codes Secrets :
- Les Codes Secrets [1] : La Scytale et le carré de Polybe
- Les Codes Secrets [2] : Substitution alphabétique

Tutoriels :
- Bijoux Geeks - Pâte Polymère

Tag :
- Tag en 13 questions
- Tag sans Nom
- Tag spécial Pile A Lire

Bilan :
- Bilan 2013

mercredi 27 mars 2013

La Mythologie sumérienne [1]

La page mythologique


J'ai toujours eu une passion pour la mythologie. Pour Les Mythologies. Egyptienne, latine, grecque, scandinave, japonaise, sumérienne...

C'est sur cette dernière que je vais m'attarder quelques instants aujourd'hui, car je trouve dommage qu'elle soit aussi méconnue. Oui, c'est vrai que finalement peu d'informations sont remontées jusqu'à nos jours, et que les siècles ont entremêlé les fils de leur histoire (il n'est pas rare que plusieurs dieux soient confondus à un moment ou un autre, subissant des changements de nom ou de fonction), mais pourtant elle reste d'une grande richesse et d'une importance particulière à mes yeux.




A noter qu'il existe dans la majorité des cas au moins deux écritures au nom de ces dieux. La version akkadienne, et la version sumérienne. On peut parfois ajouter les assyriens et les babyloniens. En effet, cette mythologie s'est largement répandu sur les territoires, se voyant 'arrangée' selon les versions et mélangée aux légendes locales.



Petite présentation de trois dieux et déesse majeurs



Ninurta, dieu sumérien de la fertilité et de l'agriculture, aussi connu pour ses actes guerriers et son courage, il commande aux orages. Il est le fils de l'un des dieux les plus important de la mythologie sumérienne, le dieu du vent Enlil.



 




Ishtar, déesse de l'amour et de la guerre, elle est aussi la détentrice du pouvoir de vie et de mort. C'est l'une des figures les plus représentée du Moyen-Orient.












Ea, dieu des eaux dormantes, de la sagesse, de la magie et des arts. Son nom sumérien, Enki, signifie littéralement "seigneur d'en-bas" le rapprochant souvent du dieu des enfers.








Le carnet du mercredi 27 Mars

 Les News du mercredi 27 Mars

 

Encore une fois, coup de pub de la part de HBO concernant Game of Thrones. Cette fois, c'est un générateur d'armoiries qui est disponible à cette adresse.  De quoi passer ces quelques jours qui nous séparent du début de la saison 3 (le 31 mars prochain) en se créant une maison digne de ce nom !


Livres :

- Le troisième tome tant attendu de Locke Lamora (Scott Lynch) est annoncé pour le 8 octobre prochain. Le suivant, The Thorn of Emberlain, est quant à lui déjà commencé.
- Encore un tome signé Terry Pratchett des Annales du Disque-Monde, Raising Steam.


Films :

- Le film annoncé il y a quelques semaine connaissant un certain succès, une suite est annoncée pour Hansel et Gretel.
- Dans la grande série des adaptations de contes, c'est au tour de la Belle et la Bête de repasser sous les griffes de Disney pour une nouvelle adaptation.

Jeux :

- Luigi's Mansion 2 fait son retour tant attendu sur 3DS le jeudi 28 mars

Machinarium

- Sly Cooper, un jeu qui a attiré l'attention ces derniers temps sort sur PSVita et PS3 le mercredi 27 mars
- Machinarium arrive sur PSVita le 26 mars. Un jeu qui mérite de l'attention et que je chroniquerais sûrement un jour !
- Fez, le jeu puzzle qui a fait parlé de lui l'année dernière arrive sur PC le 1er mai

Séries :

- Souvenirs, souvenirs avec le retour des Cités d'Or le 7 avril. Depuis le temps que nous avions quitté Tao, Esteban et Zia, c'est avec curiosité que j'essayerais de suivre cette série



La vidéo de la semaine est cette fois le trailer de lancement de Bioshock Infinite, jeux Ô combien attendu dans la sphère des gameurs. Sortie le mardi 26 mars sur PC, PS3 et Xbox360


 

dimanche 24 mars 2013

Fahrenheit 451 [Livre]

Fahrenheit 451

"Il doit y avoir quelque chose dans les livres, des choses que nous ne pouvons pas imaginer, pour amener une femme à rester dans une maison en flamme."




Auteur : Ray Bradbury
Titre original : Fahrenheit 451
Première parution : 1953
Editions françaises : - Denoël (1955-1977-1986-1993-1996-1999)
- Gallimard (1992)
- Folio Sf (2000)
Traduction américaine : Henri Robillot
Public : jeune adulte/adulte
Remarque : Il n'y a pas de chapitres dans ce roman, qui est seulement divisé en trois grandes parties.

Prix Hugo du meilleur roman 1954

Quatrième de couverture :
"451 degrés Fahrenheit représente la température à laquelle un livre s'enflamme et se consume. Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres dont la détention est interdite pour le bien collectif.
Montag, le pompier pyromane, se met pourtant à rêver d'un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l'imaginaire au profit d'un bonheur immédiatement consommable. Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement pourchassé par une société qui désavoue son passé"

_____________________

"Car, comme le dit d'ailleurs Bradbury, -Il y a plus d'une façon de brûler un livre-, l'une d'elle, peut-être la plus radicale, étant de rendre les gens incapable de lire par atrophie de tout intérêt pour la chose littéraire [...]" Jacques Chambon
Si je devais résumer ce roman en un mot, ce serait "philosophique". En effet, il pousse sans cesse à la réflexion, et loin d'une aventure épique c'est dans les pensée de Montag que nous avançons, au milieu de ses doutes, de ses peurs, de ses prises de conscience. Un monument d'anticipation, glaçant et profond.

Les -  :
Les deux tiers du livres se concentrent sur les réflexions de Montag et si lui est perdu, il nous arrive de l'être tout autant.
L'auteur semble parfois peiner à traiter avec son personnage, rendre son évolution crédible tout en ne faisant pas de lui un fou.
Des digressions philosophiques à chaque instant qui peuvent heurter la lecture.

Les + :
La désacralisation du livre ; la vision qui nous revient de l'autre côté du miroir.
Le style à la fois poétique et direct.
L'ambiance troublante, presque abstraite, par moment à la limite entre rêve et cauchemar.
Les réflexions frappantes et profondes sur une foule de sujets qui parcourent le livre.
Le petit résumé qui essaye de ne pas trop spoiler :
Montag fait partie de l'un des corps les plus importants de la société de ce monde : les pompiers. Chargés de brûler les livres et les bibliothèques, ils sont les détenteurs de l'ordre et maintiennent la paix en éloignant les dangers de l'imagination et de la réflexion. Pourtant, après la rencontre de l'une de ses voisines, une pierre tombe, suivie d'une seconde lors d'un accident sur son lieu de travail. Puis de centaines d'autres qui peu à peu sèment le doute dans l'esprit de ce chevalier du feu.

Bref je conseille ce livre : à ceux qui aiment les réflexions sur la société, sur les gens. Sa place de classique est loin d'être volée, et ce roman pousse à penser et à voir les choses sous un autre angle.
Ceux qui auront un peu plus de mal : les amateurs d'action, qui se heurtent facilement aux descriptions et aux réflexions.
En ce qui me concerne, j'ai aimé le début du livre, ses réflexions pertinentes qui font un bien fou aujourd'hui encore. Mais rapidement, ces petites touches philosophiques placées sans cesse m'ont paru longues, tournant toujours autour des mêmes questions.
En refermant ce roman, je me souvenais surtout du début, et de la fin. Les toutes dernières pages, si parlantes avec seulement des quelques plans m'ont fait regretter que tout le roman ne leur ressemble pas un peu plus, au lieu de l'épais brouillard dans lequel est plongé Montag.
"- On a brûlé un millier de livres. On a brûlé une femme.
- Et alors ?"

vendredi 22 mars 2013

Time's End

Retour aux jeux cette semaine, mais pas seulement ! En effet, c'est avant tout de musique dont il s'agit, et plus précisément d'une oeuvre amateur inspirée d'un jeux vidéo.


The Legend of Zelda, la célèbre licence de Nintendo, et plus particulièrement Majora's Mask est ainsi mise à l'honneur dans un album de près d'une heure (10 pistes).
Dans cet épisode, le plus sombre de la série, la fin du monde est annoncée dans trois jours. Trois jours que l'on vit et l'on revit à l'infini dans l'espoir de réussir à sauver le monde. D'heure en heure, la lune se rapproche, obscurcissant le ciel et devenant de plus en plus oppressante.





















Ajoutons à cela des personnages plus étranges les uns que les autres, et vous aurez un petit aperçu de l'ambiance dans laquelle est plongée ce monde au bord de l'agonie. Une ambiance rendue avec force et précision par Mike Grier et Theophany dans leur album gratuit :
 
 
 
 
Les thèmes principaux repris et arrangés, leur ambiance particulière n'échappera sûrement à personne, et les fans s'y replongeront sans nul doute avec plaisir nouveau !


Bonne écoute !
 
 
 

mardi 19 mars 2013

La page égarée

Je ne connais pas cet homme

 
Trouver des mots à l'échelle du vent
Trouver des mots qui pratiquent des brèches
Dans le sommeil comme un soleil levant
Des mots qui soient à nos soifs une eau fraîche
 
Trouver des mots forts comme la folie
Trouver des mots couleur de tout les jours
Trouver des mots que personne n'oublie
Feux pour l'aveugle et tonnerres au sourd
 
Pour ne pas lire aux lèvres qui parlaient
A quelle nuit nos yeux se condamnèrent
Quand les martyrs criaient par chaque plaie
Le violon terrible de leurs nerfs
 
Pendant ce temps qu'avez-vous inventé
Vous fredonniez vos anciennes caroles
Des mots sans suite et doux d'être chantés
Sur les tombeaux dansent les flammeroles
 
Dans quel silence infiniment tomba
Ce lourd remords de garder le silence
Et votre coeur fut le volet qui bat
Dans l'insomnie un mur de faux-semblance
 
Coeur ou caillou puisqu'un jour nous dirons
De l'Homme Je ne connais pas cet homme
Nous porterons la rougeur à nos fronts
D'avoir trahi ce que nous-mêmes sommes
 
C'était avant que le sang ne séchât
Portant sa croix et souffrant son calvaire
Que j'ai nommé Jésus sous les crachats
Avec des mots comme des yeux ouverts
 
Avec des mots à l'échelle du vent
Avec des mots où notre amour se fonde
Avec des mots comme un soleil levant
Avec des mots simples comme le monde
 
Louis Aragon

dimanche 17 mars 2013

Liste des critiques de BD/manga/manhwa

BD :

- Tome/Gazzotti/Warnant - SODA  [Policier]

Manga :

- Hajime Isayama - L'Attaque des Titans/Shingeki No Kyojin [Seinen]
Hiroyuki Asada - Letter Bee/Tegami Bachi [Shonen]
- Tsugumi Ohba/Takeshi Obata - Death Note [Shonen]

Manhwa :



Beaux-Livres :

- Pierre Bottero/Jean-Louis Thouard - Isayama



Soda [BD]

Soda




Tomes sur 12 :
1. Un ange trépasse
2. Lettres à Satan
3. Tu ne buteras point
4. Dieu est mort ce soir
5. Fureur chez les saints
6. Confessions express


Dessinateur : Warnant (tomes 1 et 2) puis Gazzotti
Scénariste : Tome
Premier tome paru en : 1987
Editeur : Dupuis
Public : jeune adulte

Quatrième de couverture :
"On m'appelle SODA, mais mon vrai nom, c'est Solomon. David Elliot Hanneth Solomon.
Si elle savait, ma mère vous dirait sans doute que je suis policier, mais à New York, il n'y a pas de policiers, juste des flics. De toute façon, elle ne sait pas, ça l'inquiéterait, elle m'a toujours cru pasteur...
Depuis l'an dernier, elle habite avec moi ; elle ne sort jamais et ne lit pas les journaux qui sont pleins de violence.
C'est pas plus mal : les types que j'arrête sont parfois un peu morts..."

________________________________


"Sans doute la plupart de mes collègues tireraient-ils une légitime fierté de ce genre d'exploit ? Mais moi, je sais que je vais passer l'essentiel de la nuit à en vomir, comme à chaque fois !"
David Solomon, dit Soda, affiche l'air sûr de lui du lieutenant de police qu'il est devenu au fil des nombreuses enquêtes qu'il a résolu. Pourtant, derrière ce masque se cache un homme emporté par les évènements loin, très loin de ce qu'il avait prévu. Non, il n'est pas fait pour cette tenue de pasteur qu'il met chaque jour pour ne pas inquiéter sa mère. Mais après tout, être flic, est-ce mieux ?

Les - :
Les dessins des deux premiers tomes ne sont pas les meilleurs qui soient, d'autant plus qu'ils tranchent avec les couvertures faites par Gazzotti.
Des hasards et des avancées d'enquête parfois un peu faciles mais qui au final contribuent à l'humour du tout.
Le format BD (45/50p) est quelques fois un peu court, mais assez bien géré.

Les + :
Les enquêtes, les rebondissements et le rythme ne nous laissent pas un instant de répit.
Les personnages ont un passé, des réflexions tout à fait intégrées dans l'histoire, leur donnant vie tout en ne cassant pas le rythme.
L'humour est présent tout le temps, à travers des situations et des remarques, mais sans vraiment de lourdeurs.

Le petit résumé qui essaye de ne pas trop spoiler :
David Solomon, aussi nommé Soda, est un enquêteur reconnu de la police fédérale de New-York pour son travail lors de diverses enquêtes. Poussé sur la trace de coupables parfois pas si coupables que ça, entraîné dans des évènements qui le dépassent, il se retrouve souvent, par la force des choses, dans les ennuis jusqu'au cou ; d'autant plus qu'il doit dissimuler tout cela à sa mère Mary qui le croit pasteur.
 
Remarque : Chaque tome peut être lu séparément sans forcement avoir lu les autres avant. En effet chaque tome est une enquête, et s'il y a effectivement une trame générale, il est tout à fait possible de ne pas respecter l'ordre de lecture.
 
Bref, je conseille ce titre : aux gens qui aiment allier humour et enquête, avec une bonne pincée d'action et de réflexion.

En ce qui me concerne, ma première lecture remonte à des années mais j'avais accroché dès le départ aux personnages, à l'humour de la série. Je continue à les relires de temps à autre en espérant sans trop d'illusions qu'elle soit reprise un jour.


Bonne lecture à toutes et à tous !

vendredi 15 mars 2013

La compagnie PIPOTOTAL

La découverte de la semaine est la compagnie PIPOTOTAL (Potentiel d’Intervention Publiques d’Oeuvres Théâtrales Ou Thématiques à Ambition Ludique ) qui, comme elle se présente elle-même, est de la "poésie acrobatique sur des allégories mécaniques naïves". Présenté comme cela on reste songeur et pourtant, en découvrant ces comédiens, techniciens, acrobates et musiciens au coeur de leurs spectacles, c'est bien un univers décalé qui se dévoile sous nos yeux.

La compagnie PIPOTOTAL vous souhaite la bienvenue !
Fondée en 1989 par le créateur de machinerie de spectacle Philippe Geffroy, il faudra une dizaine d'années à cette compagnie basée sur les arts de la rue pour achever toutes les machines de la Déambuloscopie et le Basculoscope, se lançant à l'assaut des boulevards mais aussi des expositions et des salles de spectacle.

Croquis des machines de la Déambuloscopie


Le Basculoscope






 Présente lors de nombreux évènements à travers la France et même à l'étranger, c'est pour ma part la nuit que la compagnie a vraiment attiré mon attention, par ses effets pyrotechniques et son univers étrange, à la limite du steampunk.


 
 
Que dire de plus sinon vous conseiller d'aller voir sur leur site qui est plutôt complet, avec notamment des descriptions de leurs machines.
Pour un peu plus d'informations, vous pouvez aussi aller jeter un oeil ici, ou pour quelques photos, là !

 
 
Où seront-ils dans les prochains mois ? A Toulouse, Arcachon, Charleville-Mézières, Kaiserlautern (All.), Strasbourg, et bien d'autres !


Les découvertes

Découvertes

Bricolage :

- Le Papercraft
- La pâte Polymère (Fimo)

Origami :

- La Grue du Japon

Spectacles/évènements :

- La compagnie PIPOTOTAL
- Les Flash Mob
- Le NaNoWriMo

Musique :

- Time's End [Zelda]

Technologie :

- Le casque 3D Sony

mercredi 13 mars 2013

Les news du mercredi 13 Mars

Mercredi, jour des sorties de la semaine :

Ciné :
- Le Monde fantastique d'Oz : Lorsque Oscar Diggs, un petit magicien de cirque sans envergure à la moralité douteuse, est emporté à bord de sa montgolfière depuis le Kansas poussiéreux jusqu’à l’extravagant Pays d’Oz, il y voit la chance de sa vie. Tout semble tellement possible dans cet endroit stupéfiant composé de paysages luxuriants, de peuples étonnants et de créatures singulières !

 Jeux :
- God of War : Ascension (PS3) le mercredi 13 mars


Les nouvelles de la semaines parlent jeux vidéo, avec le succès du très attendu Tomb Raider qui cartonne et apparement en satisfait plus d'un (malgré ses rares défaults et bugs).
De plus, cette semaine sont tombés les nominations du BAFTA (British Academy of Film and Television Arts). Journey la pépite du PSN ressort parmis les nominations, avec ses réussites artistiques et audio ainsi que le game design, sa BO et son mode multijoueur. Pourtant, ce n'est ni lui ni The Walking Dead (quant-à-lui primé pour son scénario) qui raflent le prix du meilleur jeu, mais bien Dishonored (dont le prochain DLC est pour le 16 avril). A noter aussi la présence de The Unfinished Swan au premier jeu et à l'innovation.
Bref, en ce qui me concerne, ces nominations me font plus que rêver puisque je guette depuis un moment déjà le jour où je mettrais la patte sur tout ça

Du côté des séries, je parlais la semaine dernière de la saison 3 de Game Of Thrones, et bien c'est 8 à 9 saisons au total qui nous attendent d'après les derniers informations qui sont tombées.
En ce qui concerne les films, et plus particulièrement rachat il y a quelque temps de LucasFilm par Disney, on apprend le retour de plusieurs acteurs phares de la série pour la suite de La Guerre des Etoiles.

Passons maintenant aux livres, avec la tournée vers l'écran de Neil Gaiman, qui voit The Ocean at the End of the Lane se rapprocher du grand écran tandis que son grand frère American Gods quand à lui fait reparler de lui pour une adaptation en une série de deux saisons sur HBO. Et pour que tout cela soit encore plus complet, n'oublions pas Nobody Owens et son acquisition par Disney pour un film d'animation.

Rendez-vous vendredi prochain pour la découverte de la semaine !

dimanche 10 mars 2013

PAL


Ma PAL pour cet automne, catégorie grands Formats : Ici




PAL :

Livres :

Alain Damasio - La Horde du Contrevent
Alain Damasio - La Zone du Dehors
Boris Strougatski - Stalker
Carlos Ruiz Zafon - L'ombre du Vent
Dan Simmons - Hypérion
Daniel Keyes - Des fleurs pour Algernon
Guy Gavriel Kay - Tigane
James Barclay - Les Chroniques des Ravens (tome 1 : AubeMort)
Jasper Fforde - L'Affaire Jane Eyre
J.R.R. Tolkien - Le Silmarillion
Justine Niogret -  Chien du Heaume
K.J Parker - La Trilogie Loredan (tome 1 : Les Couleurs de l'acier)
Lian Hearn - Le Clan de Otori (tome 1 : Le Silence du Rossignol)
Markus Zusac - La voleuse de livres
Olivier Peru - Les Hauts Conteurs (tome 1 : La Voix des Rois)
Paolo Bacigalupi - La Fille Automate
Patrick Rothfuss - Chronique du tueur de roi (tome 1 : Le Nom du vent)
Peter V. Brett - Le Cycle des démons (tome 1 : l'Homme rune)
Pierre Pevel - Les Lames du Cardinal (tome 1)
Raphaël Albert - Les Extraordinaires et fantastiques Enquêtes de Sylvo Sylvain, détective privé (tome 1 : Rue Farfadet)
Robert  Holdstock - La Forêt des Mythagos (tome 1)
Scott Lynch - Les Salauds Gentilshommes (tome 1)
Stéphane Beauverger - Le déchronologue
Steven Galloway - Le Violoncelliste de Sarajevo
Terry Pratchett - Les Annales du Disque-Monde
Vincent Gessler - Cygnis
Walter Moers - La Cité des Livres qui rêvent


A relire pour chroniquer :

Livres :

Marie Caillet - L'Héritage des Darcers
Pierre Bottero - Les Âmes croisées

Mangas/Manhwas :

Jeon Geuk-jin, Park Jin-Hwan - The Breaker
Kentaro Yabuki - Black Cat
Tsugumi Oba, Takeshi Obata - Bakuman

BD :

Bonhomme - Esteban
Roger Leloup - Yoko Tsuno
Trondheim - Ralph Azham


[A compléter]

Pour un liste un peu moins incomplète, vous pouvez cliquer sur :
- PAL
- Wish

Il m'arrive bien entendu de lire des œuvres qui ne sont comprises dans aucune de ces listes.
De même, je lis parfois des romans/BD/Mangas/Manhas sans les chroniquer ensuite (ou bien plus tard). Alors si vous aimeriez voir une critique en particulier, n'hésitez pas à le préciser !

Liste des critiques de livres

Science-fiction

Léo Henry - Le casse du continuum *
Neal Stephenson - L'âge de Diamant
Ray Bradbury - Fahrenheit 451
Daniel Keyes - Des fleurs pour Algernon

Fantasy

David Gemmell - Légende

Post-Apocalyptique/Dystopie

G.R.R. Martin et Lisa Tuttle - Elle qui chevauche les tempêtes
Justine Niogret - Gueule de Truie
Max Brooks - World War Z
Suzanne Collins - Hunger Games [tome 1]
Suzanne Collins - Hunger Games, L'embrasement [tome 2]
Suzanne Collins - Hunger Games, La Révolte [tome 3]

Contemporain

M.L. Stedman - Une vie entre deux océans *
John Green - Nos étoiles contraires

Essai

Sylvain Tesson - Petit traité sur l'immensité du monde

Jeunesseì

Jeanne Benameur - Si même les arbres meurent


Recueil de nouvelles

J.Heska - Un monde idéal où c'est la fin *

Nouvelle

Franck Pavloff - Matin brun
Hoffmann - L'Homme au Sable

Difficile à catégoriser

Marcus Sedgwick - Sacrifice à la Lune



* Partenariat

samedi 9 mars 2013

L'âge de Diamant [Livre]

L'âge de DiamantOuLe manuel illustré d'éducation pour jeunes filles



Auteur : Neal Stephenson
Titre original : The Diamond Age or, A Young Lady's Illustrated Primer
Paru en : 1995
Editions françaises : - Payot & Rivages - Futur (1996) [516 p]
- Le Livre de poche - Science fiction (1998) [636 p]
Réédité ensuite par ces deux éditeurs.
Traduction américaine : Jean Bonnefoy
Public : jeune adulte

Quatrième de couverture de la première édition :
"Dans une Chine rétro-futuriste partagée entre réseaux neuronaux, rebelles intégristes néo-confucéens et comptoirs occidentaux, l'itinéraire d'une toute jeune fille guidée par les préceptes de son étonnant mentor électronique... Un roman interactif et frénétique, électronique et victorien, érotique et poétique, où l'on verra intervenir une actrice au grand cœur, un producteur trop curieux, un savant pas si fou que ça, un mandarin, quelques nobles actionnaires, plusieurs petites filles, une armée de rebelles, des hordes de réfugiés et la reine Victoria II... Entre Jules Verne et William Gibson, voici une épopée délirante qui allie les inventions du cyberpunk et les images des clips vidéo avec la tradition du roman-feuilleton et le charme suranné des poèmes victoriens. Malmenant les genres, mêlant science-fiction, théâtre, poésie, récit d'aventures et conte pour enfants, dans cet hommage irrévérencieux à Samuel Coleridge, Lewis Carroll et Edgar Poe, voire Michael Moorcock ou Georges Perec, Neal Stephenson s'affirme avec ce roman dense et foisonnant comme l'étoile montante du nouveau fantastique américain."
_______________________________

 
"Par nature, tous les hommes sont semblables ; c'est l'expérience qui les amène à se différencier." Confucius
Première citation de ce roman qui trouve tout son sens au fur et à mesure que l'histoire avance, nous amenant sur les pas des nos héros.
Que dire de cette aventure postcyberpunk mêlant nanotechnologie, quête initiatique et conte pour enfant sans trop en révéler ? Rien sûrement, tellement l'intrigue mêle chaque fil habilement et de plus en plus étroitement avec une intelligence qui fait ce roman un monument du genre. Pas à pas, nous suivons des personnages malmenés à travers leurs périples et leurs réflexions sur la vie et le monde les entourant. Et qu'il est difficile de prévoir où chacune de ces évolutions nous mènera tant cet univers est riche et foisonnant !


Les - :

Des longueurs, notamment dans la première partie. On a du mal à voir où l'auteur veut nous mener et on se demande parfois avec un peu de crainte ce que nous réservent les centaines de pages restantes. Mais n'ayez crainte, elles sont pleines de très bonnes surprises et les amateurs du genre seront plus que satisfaits en refermant le livre.
Un univers riche, vivant et complexe. Peut-être un peu trop pour certains qui seront sans doute un peu perdu au départ par toutes les descriptions et les codes renversés par Stephenson. Soyez prêts à accepter que ce monde… n'est plus vraiment le nôtre.
N'attendez pas ici une histoire linéaire et épique, une simple quête à accomplir. Les personnages sont ballottés par les événements sur lesquels ils n'ont pas forcement prise, et on les suit, découvrant peu à peu les fils décousus et pourtant liés de l'histoire.
Apparemment certaines personnes trouvent que ce roman laisse un sentiment d'inachevé, mais ce n'est pas vraiment mon cas. Tout au long de l'histoire, on apprend à travers les personnages à lire entre les lignes. N'est-ce pas tout simplement ce qu'il faut faire concernant la fin ?


Les + :

L'intrigue. Les intrigues. Qui se mêlent et se défont, se créent sans cesse, et qui sont admirablement menée.
Une intelligence scientifique certaine et de vraies réflexions sur le monde et la société.
Un univers riche, parce que c'est aussi un point positif pour tous ceux qui aiment les mondes fouillés et tangibles.
L'évolution des personnages qui, au risque de me répéter, reste pour moi très marquante en jetant un regard en arrière et pourtant tout à fait naturelle sur le moment.
Le parallèle entre les intrigues, les mondes, qui révèlent des points de vues se complétant, parfois à demi-mot.
L'univers par moment totalement déjanté (mention spéciale à la compagnie Dramatis Personae) et toujours rempli d'une certaine magie.

 

Le petit résumé qui essaye de ne pas trop spoiler :

C'est dans un petit appartement d'un monde cyber-futuriste que vit Nellodee, aussi nommée Nell, en compagnie de son frère Harv, de leur mère Tequila et des nombreux amants violents de cette dernière. Mais bientôt par un coup du sort, le destin de la petite fille va changer radicalement, après la découverte d'un livre étrange qui peu à peu lui dévoilera ses secrets, l'amenant sur des chemins bien éloignés de chez elle... Parallèlement, dans l'un des trois plus important phyles de ce monde, un Néo-Victorien ingénieur en nanotechnologie se trouve quant à lui mêlé à des événements qui paraissent le dépasser, tandis que dans l'ombre agiront nombre de personnages hauts en couleur.

Bref, je conseille ce livre à : tous ceux qui sont branchés SF, cyberpunk, intrigue et roman décalé.
Les gens qui risquent un peu plus d'avoir du mal : ceux qui aiment les récits linéaires avec de l'action pure.

En ce qui me concerne, j'ai vraiment énormément apprécié ce livre que je relirais avec un grand plaisir.
J'en profite d'ailleurs pour partager une couverture faite par EranFolio




Que j'ai utilisé pour recouvrir ma propre version :


(Oui, en blanc, c'est quand même plus économique et propre x)

Bonne lecture à tous et à toutes !

vendredi 8 mars 2013

Le Papercraft

La découverte de ce vendredi demande de la patiente, de la précision, mais pour quel résultat ? Et bien par exemple, pour notre plombier italien international :





Certains reconnaîtront sûrement là du Papercraft, activité qui s'étend de plus en plus depuis des années déjà.

Mais en quoi ça consiste exactement ? Et bien ce n'est que le retour de nos maquettes en papier d'enfant, mais en version 2.0.

Armé de ciseaux, de cutter, de colle, et surtout de patiente, il faut assembler les parties des patrons dont vous trouverez sans peine des modèles sur internet en fonction de vos goûts, mais aussi de votre niveau. Pour commencer par exemple, les cubecraft peuvent être de très bons essais car ils permettent de se faire la main, avec de la rapidité et des résultats :


Leur grand avantage à mon sens, c'est qu'ils sont aussi facile à réaliser qu'à concevoir graphiquement, permettant ainsi aux plus créatif de s'en donner à coeur joie sans trop de difficulté :




Alors oui, bien sûr, ce Mario cubique n'a rien à voir avec l'autre. Mais avec un peu d'entraînement, les deux sont tout à fait faisable !

Une grande révolution dans le monde du papercraft est sans doute la création du logiciel Papekura, logiciel dont la version de base est gratuite et facilement téléchargeable sur le net.

Les sites spécialisés proposent très souvent des modèles utilisables grâce à Papekura. On peut ainsi découvrir une version 3D du modèle que l'on souhaite réaliser, ainsi que sa version 2D à découper, languettes de collage incluses. La version payante (mais peu chère) quant à elle permet la création de ces modèles pour les plus expérimentés.



Pourquoi il y a autant de personnages de jeux ? Et bien parcequ'au final, ça donne pas mal comme ressemblance :




Mais évidement, ont peu faire des papercraft tirés de tout, de films, de livres, du réel :





Le plus, c'est que certains passionnés n'en restent pas à leur maquette de papier, mais la recouvrent ensuite de résine -entre autre- pour un rendu et surtout une utilisation encore plus "pro", et aussi pour s'en servir pour des cosplays (si si, vous regarderez d'un autre œil leurs tenues en sachant qu'elles sont peut-être à base de papier ou de carton maintenant ;p)

Mon armure a l'air solide ? Pourtant elle ne l'est pas du tout...

Un Link entièrement en papier. Ca fait rêver, non ?
Il doit falloir autant de temps pour construire la château ambulant en papier qu'en vrai. N'empêche que le résultat en jette vraiment.
Alors, qu'elle effet ça fait de se regarder dans les yeux ?


Alors, prêts à se jeter dans l'aventure ?